La tour Magne Monuments romain Nîmes

tour-magne

Nîmes la Rome française monuments romain

Haute de 18 m à la fin du IIIe siècle av. J.-C., puis de 36 m de haut à l’époque romaine, elle ne mesure plus aujourd’hui que 32,50 m. Thomas Platter la voit déjà évidée en 1596.

Elle est composée d’un soubassement octogonal, dont l’irrégularité s’explique par la forme de la tour en pierres sèches qu’elle englobait.

Une rampe coudée, longue de 70 m, dont il subsiste le départ au sud et une partie de la dernière arche, conduisait au chemin de ronde qui parcourait ce premier étage.

De là, on pouvait rejoindre celui de la courtine, qui se trouvait au même niveau, au nord et à l’ouest.

Au-dessus de cet étage intégré à l’enceinte, la tour polygonale est totalement aveugle.

L’accès à la terrasse, qui couronnait le tout à l’origine, se faisait ensuite par un escalier ménagé à l’intérieur de la tour. Les deux derniers niveaux étaient décorés l’un de pilastres toscans, l’autre, qui a presque entièrement disparu, de colonnes.

Aujourd’hui, en pénétrant dans la tour Magne on peut voir, en négatif, la tour en pierre sèche de l’époque pré-romaine sur laquelle a été édifié le monument romain.

On a formulé de nombreuses hypothèses sur la destination primitive de la tour. A l’époque romaine, de par sa structure intégrée à l’enceinte, elle pouvait jouer un rôle défensif et celui d’une tour de guet ou à signaux. En doublant sa hauteur, le pouvoir romain faisait aussi une démonstration de sa puissance.

Source :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_Magne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *