• RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Youtube

You need to upgrade your Flash Player to version 10 or newer.


Péniche restaurant le Calife Paris

Une très belle péniche.

Je ne suis jamais allez manger sur cette péniche, mais cela me tente, chaque fois que je me balade sur les bords de Seine, je suis intrigué par cette figure de proue très originale.

Pour l’admirer et faire un repas croisière :
Le Calife est amarré Quai Malaquais 75006 Paris

http://www.calife.com

Basilique Saint-Denis, intérieur

Basilique Saint-Denis, intérieur

 Le premier chef d’œuvre gothique

La basilique-cathédrale de Saint-Denis est le premier chef d’œuvre monumental de l’art gothique. il faut voir et visiter la nécropole royale et sa collection unique en Europe de plus de 70 gisants et tombeaux sculptés, dans la lumière colorée de vitraux des XIIe et XIXe siècles.

Boudé par beaucoup de visiteurs car en banlieue de Paris à Saint Denis, c’est une grande erreur, la basilique-cathédrale nécropole est magnifique, les gisants et la crypte sont un chef d’œuvre, je témoigne que le quartier est cosmopolite, mais agréable et il ne m’est jamais rien arrivé et j’en suis à plus d’une dizaine de visites.

Alfred Sisley, La neige à Louveciennes, Musée d'Orsay, Paris

Alfred Sisley, La neige à Louveciennes, Musée d’Orsay, Paris

Alfred Sisley 1839/1899

Sisley est aujourd’hui considéré comme l’impressionniste même: l’essentiel de son inspiration c’est le paysage. Les personnages dans ses peintures ne sont que des silhouettes ; en outre les portraits de ses proches (femme et enfants) et les quelques natures mortes sont rares. Selon Gustave Geffroy, l’un des ses premiers historiographes, Sisley vouait en effet un amour instinctif au paysage. Pour lui il n’y avait dans la nature rien de laid dès lors qu’il s’agissait du rapport entre le ciel et la terre. Il écrira : « toutes les choses respirent et s’épanouissent dans une riche et féconde atmosphère qui distribue et équilibre la lumière, établit l’harmonie ».

Toile peinte en 1878, exposée au musée d’Orsay, paris

Femme de profil (Madame Lucy) Henri de Toulouse-Lautrec, Musée d'Orsay Paris

Femme de profil (Madame Lucy) Henri de Toulouse-Lautrec, Musée d’Orsay Paris

Henri de Toulouse-Lautrec 1864/1901

Malgré une vie courte et marquée par la maladie, l’œuvre du peintre fut très vaste : le catalogue raisonné de ses œuvres publié en 1971 énumère 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies (y compris les affiches) et environ 5 000 dessins.

Toile de 1896, musée d’Orsay Paris

Les cyprès à Cagnes Henri-Edmond Cross 1908 Musée d'Orsay Paris

Les cyprès à Cagnes Henri-Edmond Cross 1908 Musée d’Orsay Paris

Impressionnisme et pointillisme

Né au 15 de la rue Jean Bellegambe à Douai, sa famille tient une quincaillerie. Son cousin découvre le talent d’Henri-Edmond Cross dès son enfance et devient son mentor. Il fait son apprentissage à Lille auprès de Carolus-Duran et d’Alphonse Colas. Il débute au salon de 1881 en traduisant son patronyme Delacroix en anglais Cross, pour se distinguer d’Eugène Delacroix.

Toile exposée au Musée d4orsay, Paris

Portrait dit de Margot, Pierre Auguste Renoir, Musée d'Orsay Paris

Portrait dit de Margot, Pierre Auguste Renoir, Musée d’Orsay Paris

Portrait de Margot Legrand

Il s’agit de Margot Legrand, un des modèles les plus estimés par Renoir et qui est alors affectée par une maladie que le célèbre docteur Gachet guérira. En remerciement de ses soins, Renoir donne au docteur ce tableau représentant Margot.

Les héritiers du docteur Gachet donneront ce portrait au Musée du Louvre en 1951, passant depuis au Musée d’Orsay.

Foyer de la danse, Edgar Degas Musée d'Orsay Paris

Foyer de la danse, Edgar Degas Musée d’Orsay Paris

Hilaire Germaine Edgar de GAS dit Edgar DEGAS 1834-1917

Peint en 1872, ce tableau représente la salle de l’Opéra de la rue Le Peletier, où les danseuses répétaient, ce fut la première œuvre du peintre sur la danse .

Toile exposée au Musée d’Orsay à Paris.

Édouard Manet Le fifre Musée d'Orsay

Édouard Manet Le fifre Musée d’Orsay

Le fifre,

Peint en 1866 par Édouard Manet, le peintre s’inspira des toiles de Velázquez qu’il avait admiré  à Madrid, le tableau fut refusé par le jury du Salon de 1866, qui déclencha l’ire d’Émile Zola grand admirateur de Manet.

Le tableau est visible au musée d’Orsay à Paris

L'été, Giuseppe Arcimboldo, Musée du Louvre

L’été, Giuseppe Arcimboldo, Musée du Louvre

Les Saisons, L’été.

Giuseppe Arcimboldo est né à Milan en Italie vers 1527 et serait issu d’une famille de peintres.

Au service de Ferdinand Ier,  Giuseppe Arcimboldo commence la première série des quatre saisons, et laisse éclater un style pictural surprenant : les « têtes composées » portraits caricaturaux (ghiribizzi) ou allégoriques formés d’une juxtaposition de fruits, légumes, végétaux, symbolisant les saisons ou les métiers. Cette œuvre suscite un engouement considérable à la cour. Il peindra d’autres séries des quatre saisons en 1572 et 1573 (une série des quatre saisons se trouve au Louvre, dont l’Automne daté de 1573, commandés par l’empereur Maximilien II de Habsbourg pour être offert à l’électeur Auguste de Saxe).

source : Wikipédia

Huile sur toile, 76 x 64 cm, Musée du  Louvre, Paris

Le Printemps d'Arcimboldo,1573 Musée du Louvre

Le Printemps d’Arcimboldo,1573 Musée du Louvre

Les Saisons, le Printemps

Il s’agit d’une série de quatre tableaux peints par Arcimboldo en 1563 et offerts à Maximilien II en 1569, accompagnés des Quatre Éléments (peints en 1566). Y est joint un poème de Giovanni Battista Fonteo (1546-1580) qui en explicite le sens allégorique.

Chaque tableau est constitué d’un portrait de profil, composé d’éléments rappelant la saison. L’Hiver regarde ainsi Le Printemps et L’Été, L’Automne.

De la version originale, ne subsistent que l’Hiver et L’Été, exposés à Vienne. Parmi les versions les plus connues il y a celles du musée du Louvre, copies faite par le peintre à la demande de Maximilien II pour en faire cadeau à Auguste de Saxe. Les tableaux se caractérisent par un encadré floral qui n’existait pas sur la première version.

source : Wikipédia

Huile sur toile, 76 x 64 cm, Musée du  Louvre, Paris

Sponsors